top of page
Rechercher
  • paulemilechristian

L'Acropole


Il ne connaissait pas Athènes. Il irait sûrement un jour, ce n’était pas loin, mais pour démarrer son tour, il préférait ne pas trop s'éloigner, comme si il avait peur de se perdre en allant trop loin. Il prit un plan de la ville pour se repérer. Pourrait-il y aller à pied de son hôtel ? Cela lui plaisait d’imaginer de marcher dans ces rues, même si Athènes n ‘était plus ce qu’elle était avec tous ces événements depuis la crise de l’euro. qu’importe, le Parthénon restait le Parthénon. Il était la pour lui, pour le voir, le sentir , le toucher, l’entendre, le goûter.

Avant cela, il devait déjà le découvrir dans les guides pour bien apprécier le monument. Dans quel contexte avait il été construit ?

Au Ve siècle av. J.-C., les cités grecques sortent victorieuses des guerres Médiques, menées contre l’Empire perse. À leur tête, Athènes, pillée en 480, se relève. Pour faire disparaître les traces du saccage, Périclès, stratège de la ville, engage de grands travaux de restauration. Son action est centrée sur les édifices cultuels de l’Acropole, la colline qui domine la ville, consacrée principalement à Athéna, déesse tutélaire de la cité. Athènes devient dès lors un atelier des arts, un gigantesque chantier qui emploie des artistes et des artisans venus de toute la Grèce. La construction du Parthénon est achevée en moins de dix ans (447-438 av. J.-C.), tandis que la réalisation de son décor se poursuit jusqu’en 432.

Périclès, ça lui parle, « le siècle de Périclès » ! Cela fait déjà un moment qu’il ne s’est pas replongé dans l’histoire de la Grèce. Il en connaît davantage les dieux et les philosophes. C’est l’occasion. Il lit la description de l’édifice, et, sans trop savoir pourquoi, il a envie de la résumer dans un poème. Il regarde aussi les photos du monument, et il écrit :



C’est la tête bien droite que les cariatides dansent

Elles portent le toit du monde et sa voûte immense:

Six femmes nobles, en robes transparentes

Découvrant leur poitrine de jeunes amantes

Et gardent l’Erechthéion, l’endroit le plus sacré

Ou Poséidon dans sa colère outragée

Planta son trident et sa gloire marine

Sans risquer de blesser Athéna la divine,

Belle déesse fêtée lors des Panathénées

Par les femmes d’Athènes et les têtes couronnées,

Venue s’incliner sur la chryséléphantine

statue d’ivoire et d’or qui d’en haut les domine

Et protège le peuple, enfants d’Agamemnon,

trônant dans ce temple nomme le Parthénon.


Il pense avoir dit l’essentiel, et c’est sa façon à lui d’en parler. Il n’a pas donné les dimensions, il n’a pas écrit que c’était du marbre provenant d’une carrière proche d’Athènes, ni dit que c’était le fameux Phidias qui avait sculpté la statue d’Athéna, ni parlé de la frise dorique de l’entablement, des quatre-vingt-douze métopes reprenant des combats mythiques où l’ordre triomphe du chaos : au nord les Grecs contre les Troyens, au sud contre les Centaures , à l’ouest contre les Amazones et, à l’est, les dieux contre les Géants. Ce sont autant d’allusions à la victoire remportée sur les Perses, interprétée comme le signe évident que les dieux approuvent et soutiennent les valeurs de la civilisation hellénique en général et du bon gouvernement d’Athènes en particulier. Tout ça, il l’a lu et ne fait que le restituer.


Voilà, maintenant il peut le découvrir : il est immense, il est majestueux, il domine les hommes, tout petits à ses pieds. Avaient il plus le sens de la grandeur avant ? Il allait se reposer la question tout au long de son voyage à travers le monde. Toutes ces colonnes, il y en a quarante six a t-il lu, tout ces efforts pour les élever. Il y en a encore douze, avant même de pénétrer à l’intérieur, dans les vestibules, et en entrant il y en a d’autres : quatre dans la petite salle du trésor de la cité et quatorze dans la grande salle, le « Naos » où se trouve la statue d’Athéna, soixante seize en tout. Il s’imagine les ouvriers fiers de leur travail pour le dieu de la cité, l’architecte émerveillé devant le résultat dépassant ses attentes, le dictateur satisfait de rendre sa gloire à son peuple. Il aurait aimé être la, pas comme ouvrier bien sur, comme badaud, comme aujourd’hui, mais devant le monument intact. Il a visionné des vidéos, dont une qui dure une heure vingt reprenant un film passé sur « Arte ».Aujourd’hui, on sait (ou on croit savoir) reconstituer les monuments au moment de leur splendeur. Il découvre toutes les marches à gravir avant de se trouver au milieu de son rêve.


Prière

Ô Athéna, déesse de notre ville

Notre glorieuse gardienne de la cité

Et qui depuis toujours en détient les clés

Depuis la grande bataille de Salamine

Fille vierge de Zeus qui t’a donné l’Égide

Pour lancer la foudre et le tonnerre

et de Métis, déesse de la sagesse

qui te munit de la chouette de l’olivier,

Protectrice du grand Héraclés

Alliée de Jason et des Argonautes,

qui tira Ulysse des bras de Calypso

fit acquitter Oreste par l’Aéropage,

conseilla Cadmos de semer les dents du serpent

et permit çà Thésée de tuer ma Méduse,

Protège la grande Athènes

Et rend nous victorieux

Reçois nos dévotions Ô puissante déesse

Et préside au concours célébrés en ton nom

Voilà le péplos tissé avec respect pour toi

Que la procession amène aux pieds de ton autel.

Nous immolons à ta gloire le bœuf et la brebis

Que leur sang à jamais puisse fortifier ta vie.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'album photo 3 la première fois

Il avait eu le mal de mer sur le ferry qui traversait la manche et ses copains et son frère aine s’étaient paye sa tête. Il était tout le temps malade sur les bateaux, son pire souvenir ayant été une

poème: Le trésor

Tu es mon orchidée et voici le printemps J’ai trouve un trésor et je ne sais qu’en faire ! Chante, soleil chante, tout le jardin t’attends, Il découvre qu’il y a du bonheur dans l’air. Je voudrai te d

musée imaginaire salle 1

Il imaginait les pièces qui se succédaient, plus ou moins grandes, plus ou moins intimes en fonction des toiles à accrocher sur les murs, des tableaux qu’il avait déjà vu dans d’autres musées que le s

Comments


bottom of page